Passer au contenu principal
Visitez l’un des ateliers d’albâtre à Volterra et admirez ses artisans à l’œuvre. Photo: Aquarius/Alamy
Vie ActiveÉvénements et festivalsPlus d'idées

La Toscane, première visite (ou troisième ou quatrième !)

Par Lisa Gerard-Sharp

Lisa Gerard-SharpLes personnes qui visitent la Toscane pour la première fois se concentrent souvent sur les clichés, et non sur les champs de tournesols. Prenez Florence par exemple. La ville de Botticelli et de Brunelleschi, qui abrite la moitié des trésors de l’art italien inscrits à l’Unesco, peut sembler intimidante. En août, les orfèvres du Ponte Vecchio peuvent être engorgés de monde et les foules se pressent autour de l’imposant David de Michel-Ange, aux veines apparentes. En plus de Florence, les troupes novices affluent à Sienne et autour de la tour penchée de Pise, ne faisant qu’un arrêt pour découvrir San Gimignano (« Le Manhattan médiéval ») et pour déguster du vin dans les vignobles des terres du Chianti. Après un festin indigeste d’histoire de l’art et de mets divers, la Toscane est rayée de la liste de destinations à voir pour toujours.

Pouvons-nous tenter de vous inciter à ralentir votre visite ? La Toscane, lors d’une seconde visite (ou troisième ou quatrième), donne l’occasion de découvrir ses villages endormis perchés à flanc de colline, qui pourraient bien vous faire tomber sous le charme. Vous aurez le temps d’écouter Puccini sur les piazzas, de faire du vélo sur les remparts ou de faire une sieste, entouré de champs de tournesols. Sortir des sentiers battus convient aussi bien aux assoiffés de sophistication qu’aux écoliers, avec un Vin Santo ou une crème glacée authentique comme antidote à l’indigestion artistique. Et vous pourrez aussi vous attendre à moins de crises de colère d’adolescents dans les petits musées vides, remplis de chefs-d’œuvre.

Si vous aimez Florence, vous adorerez Pistoia, sa version miniature et moins touristique, avec son hôtel de ville qui est un jumeau et une copie moins imposante du Palazzo Vecchio. Avec ses rues ombragées et son ambiance médiévale, Pistoia est comme enveloppée d’un film protecteur, à l’abri de la modernité. La place principale offre un sentiment étourdissant de grandeur médiévale. Admirez l’élégance désinvolte de sa cathédrale romane à rayures, son haut clocher ainsi que son baptistère, qui est la cerise sur le gâteau. Grimpez au sommet du clocher crénelé pour une vue à vol d’oiseau de la place, l’une des plus belles de Toscane. Principalement piétonne, Pistoia se délecte également de son côté contemporain, depuis ses musées audacieux jusqu’à l’art de ses rues, qui témoignent d’une scène culturelle vibrante. Cependant, à la tombée de la nuit, les rues voient défiler les frères franciscains en habits bruns avec ceinture en corde, comme le voulait la coutume au Moyen Âge.

Visiter Lucques à pied est idéal : regardez où vous mettez les pieds, mais n’oubliez pas de lever le nez pour admirer ses arts de la rue ! Photo: Lisa Gerard-Sharp

Si Pise et ses touristes avides de photo devant la Tour Penchée vous submergent, essayez Lucques, parfaitement préservée, qui a été construite à l’échelle humaine. Entourée de murs de la Renaissance, Lucques, qui attire les foules, invite à la flânerie et au shopping, à la visite des églises et à la tournée des cafés. Les remparts massifs semblent faits pour aller courir le matin, pour batifoler tranquillement, pour partager des commérages ou encore pour une balade à vélos. De plus, la ligne d’horizon de Lucques s’élève plus haut que celle de Pise, avec des vues ravissantes du haut de la maison-tour La Torre Guinigi, au style romano-gothique. Cette ville d’églises singulières culmine avec l’église San Michele in Foro aux motifs extravagants, une concoction romane située sur le site de l’ancien forum romain. Promenez-vous sur la Via Fillungo, l’une des plus jolies rues commerçantes de Toscane, et arrêtez-vous dans la prestigieuse Pasticceria Taddeucci pour déguster des pâtisseries accompagnées d’un café. Aux yeux des citadins désabusés, Lucques représente le symbole de la vie telle qu’elle devrait être menée.

Visitez l’un des ateliers d’albâtre à Volterra et admirez ses artisans à l’œuvre. Photo: Aquarius/Alamy

En ce qui concerne la Toscane étrusque de base, essayez Volterra au lieu d’un San Gimignano bondé. Perchée sur une crête majestueuse surplombant de douces collines et des ravines profondes, Volterra maîtrise son paysage isolé, auquel on accède par la passerelle étrusque la mieux conservée d’Italie. La route monte jusqu’à la Piazza dei Priori, la place la plus théâtrale, dominée par l’hôtel de ville, qui a servi de modèle au fameux Palazzo Vecchio de Florence. Une promenade dans cette ville médiévale aux multiples facettes révèle des murs romains et étrusques, ainsi que d’anciennes épigraphes incrustées dans les murs de demeures de la Renaissance. Le fascinant musée étrusque présente toute la gamme de la démonologie étrusque et de la mythologie grecque, avec ses monstres marins, ses dieux grecs et ses vautours à bec coupant. Des sculptures énigmatiques brouillent la ligne entre la mortalité et l’immortalité. Avant de quitter les lieux, rendez vous aux ateliers d’albâtre de Volterra pour découvrir la sculpture sur albâtre, un autre héritage étrusque.

La tour de San Biagio veille sur la Piazza Grande de Montepulciano. Photo: Kumar Sriskandan/Alamy

Plus au sud, si Sienne vous semble claustrophobe, choisissez Montepulciano, un avant-poste distingué de la Renaissance. Sentinelle dominante, découvrez San Biagio, un temple de la Renaissance aux tons de miel surmonté d’un dôme parfait, dont la pureté des lignes fait écho au Panthéon de Rome. L’hôtel de ville est une version miniature du Palazzo Vecchio de Florence, avec une tour qui surveille la province de Sienne, du Val d’Orcia au Mont Amiata et Sienne elle-même. Surplombant la place principale imposante, l’établissement vinicole Contucci Cantine offre un goût de vie noble, une grandeur en accord avec l’essence de la ville. La dynastie des Contucci fabrique le Vino Nobile di Montepulciano dans leur demeure ancestrale depuis la Renaissance. Comme les mœurs de la Toscane l’exigent, la famille dirige souvent les dégustations guidées et les visites des caves. Ce vin rouge doux avec une pointe de violette a été anobli en 1549 lorsque le sommelier du pape Paul III le proclama « un vin des plus parfaits, un vin pour les seigneurs ». Visitez le Caffè Poliziano, tout aussi raffiné, et profitez des vues pastorales, de préférence avec un verre de Vino Nobile à la main.

Explorez le cœur de Montalcino, doux et médiéval. Photo: Valerio Mei/Evgeny Shmulev/Alamy

Si Pienza vous semble trop populaire, visitez la fougueuse Montalcino, voisine de Montepulciano perchée à flanc de colline. De loin, Montalcino ressemble à une peinture siennoise médiévale, surtout au coucher du soleil. Alors que Pienza fut parfaitement planifiée, Montalcino s’est quant à elle développée autour de sa forteresse, ce qui lui donne un esprit de liberté et de fougue, qui fait défaut à Pienza. Avec peu d’attractions immanquables, Montalcino est plutôt une ville où l’on se détend, et où l’on savoure les vues du pays natal du précieux vin Brunello di Montalcino. La citadelle résume bien Montalcino : Remparts médiévaux et vues panoramiques et un séduisant centre de dégustation de vin. 

Mais si vous en avez assez du Chianti quelque peu soporifique pour certains, et que vous êtes à la recherche d’un paysage transcendant, essayez le Val d’Orcia. Montalcino ouvre la mosaïque de châteaux escarpés, de hameaux perchés, d’abbayes isolées et de stations thermales naturelles frivoles, sites classés au patrimoine de l’Unesco. De par ses rubans de vignobles ou ses cyprès en forme de points d’interrogation serrés, la région est moins peuplée, moins soignée et moins commercialisée que le Chianti. C’est ici que les toscans maîtrisent le mieux l’art de vivre à la campagne, en profonde harmonie avec la terre. Attendez-vous à être complètement chamboulés, que ce soit par les tournesols géants ou par un vol en montgolfière au-dessus de la vallée.

Il vaut la peine de se rendre à la forteresse Girifalco de Cortone pour y admirer les vues. Photo: Francesco Bonino/Alamy

Enfin, si vous êtes peu enthousiaste face à la perspective de visiter Arezzo qui vous semble peu avenante, visitez Cortone, la ville parfaite perchée sur une colline. La séduisante Cortone est l’endroit idéal pour découvrir les origines de l’époque étrusque, tout en étant assailli par les musiciens de rues jouant du Puccini et entouré de cafés attrayants. Dans le musée étrusque, admirez le chandelier étrusque incrusté de dauphins et de gorgones, témoignage de sa place de ville étrusque la plus importante du nord de la Toscane. Montez la forteresse des Médicis pour admirer les oliveraies en terrasses et les vignobles qui s’étendent jusqu’au lac Trasimène. Cet endroit de rêve était autrefois une acropole étrusque, mais vous préférerez peut-être rêvasser dans le bar à vin de la citadelle, ou vous régaler d’une côte à l’os du Val di Chiana, arrosée de Chianti Classico, bien entendu. Oubliez les fresques florentines : Visiter la Toscane une seconde fois vous permettra de succomber aux rencontres fortuites.

To Toscane offre une variété de fantastiques villas à travers la région.

Lisa Gerard-Sharp

Lisa Gerard-Sharp est une écrivaine, éditrice, photographe et conférencière primée qui s'intéresse tout particulièrement à l'Italie. Elle contribue à des publications pour 'The Telegraph', 'The Guardian' et 'National Geographic Traveller', ainsi qu'à des manuels italiens et des guides en ligne pour 'National Geographic' et 'Google'. Lisa donne des conférences lors de salons du voyage et est l'auteure de plus de 30 guides, dont plusieurs sur la Toscane pour 'Insight Guides'. Pour en savoir plus, consultez le site www.lisagerardsharp.com.

Demandez à notre expert

Ou choisissez un thème ci-dessous