Passer au contenu principal
Suivez la voie: Le chemin des pèlerins passe par la Toscane pour rejoindre Rome. Photo: Feel Good Studio/Shutterstock
Vie ActiveNature

Prenez la route de la Via Francigena

Par Yvonne Gordon

J’avais l’impression d’être entrée dans une peinture. Sous le ciel bleu, une étendue d’herbe suivait la courbe d’un champ rempli de meules de foin éparpillées avec une rangée de cyprès en arrière-plan. La mosaïque colorée d’une colline distante était formée de champs dorés, d’un vignoble vert pâle et d’oliviers au vert plus foncé, tandis que des villas isolées et un minuscule village au sommet de la colline complétaient le paysage. C’était la scène Toscane par excellence, celle que j’avais toujours rêvé d’explorer. En marchant le long d’une partie de la Via Francigena, l’ancienne route de pèlerinage du Nord de l’Europe jusqu’à Rome, j’ai eu l’honneur d’admirer de magnifiques paysages chaque jour, où que je posais les yeux.

Un jour, j’ai décidé de commencer mon aventure dans le village de San Miniato, en remplissant ma bouteille d’eau à la fontaine du village et en faisant le plein de fruits, de sandwichs et de biscuits de Prato sucrés à la boulangerie avant de prendre la route. San Maniato, située stratégiquement à la croisée des chemins entre la Via Francigena et la route entre Florence et Pise, fut la scène de nombreuses batailles au Moyen Age, et de nombreux dirigeants la fortifièrent avec un château et des murailles. Tout était silencieux alors que j’admirais la vallée de l’Arno depuis le beffroi avant de partir explorer la campagne toscane à pied.

Quittant la route principale, je rejoignis un sentier de gravier blanc, remplaçant le bruit de la circulation par celui de l’eau ruisselante, des chants d’oiseaux et de criquets. Je dépassai des villas aux pierres somptueuses, avec de longues allées pavées d’arbres, des fermes, des vignobles et des champs d’oliviers, admirant le long de mon chemin les vues à travers les vallées et les collines bleues et noires à l’horizon.

San Gimignano est une halte essentielle sur la route. Photo: Alpineguide/Alamy, Kevin George/Alamy

Plus tard ce jour-là, je suis arrivée dans le village de Gambassi Terme et ai siroté un café revigorant sur la place principale avant d’explorer les rues et allées du village. J’y découvris de hautes maisons aux portes ornées, des fenêtres aux volets en bois avec leurs bacs à fleurs, et un lampadaire ancien qui éclaira mon chemin à la nuit tombante. Au Moyen Age, le village était populaire pour ses sources d’eau chaude et les pèlerins s’y arrêtaient sur leur longue route pour reposer leurs membres fatigués et boire ses eaux curatives.

Le jour suivant, le sentier me mena à San Gimignano. De temps en temps, le chemin était semé de fleurs sauvages blanches autour desquelles dansaient des papillons et des libellules. D’autres fois, je marchais à travers des bosquets de chêne vert foncé, des forêts de châtaignes et des champs d’oliviers, j’y lisais des panneaux m’alertant de la présence de biches et d’où je pouvais prendre un détour pour une dégustation de vin du Chianti ou d’huile d’olive.

L’un de mes points de repos préféré fût à Monastero di Bose à Pieve di Cellole, au sommet d’une colline guirlandée de fleurs sauvages et aux bancs en bois offrant des vues à travers la vallée d’Elsa. Ici, une note exigeait ‘silenzio’, mais les vues étaient suffisamment splendides pour que chacun accepte de rester silencieux pendant quelques instants. Là, j’ai aussi trouvé une église romaine datant de 1109, reconstruite, et une petite boutique où j’ai pu admirer des poteries et des confitures faîtes au monastère voisin.

La partie suivante du sentier me mena à travers des prairies fleuries aux herbes hautes vers la route principale de San Gimignano où les tours médiévales du village à flanc de collines commencèrent à apparaitre.

J’ai traversé une grande passerelle vers les rues étroites de la vieille ville où les restaurants et les gelaterias me menèrent vers la Piazza del Duomo. Les magasins y vendaient de tout, des souvenirs au salami. Mais une récompense encore plus belle m’attendait au sommet de la Torre Grossa, d’où je pu contempler les paysages à travers lesquels j’avais voyagé et ceux qu’il me restait à découvrir le long de la Via Francigena.

Yvonne Gordon est une écrivaine de voyage qui a gagné de nombreux prix. Suivez-la sur Twitter @YvGordon

To Toscane propose une variété de villas fantastiques à travers la région.

Demande a notre guru

Ou choisissez un thème ci-dessous